Voyager en avion avec un handicap, comment ça se passe?

Méli

posté le Jun 19, 2019

voyage
handicap
fauteuilroulant
discover
avion
mobilitéréduite
aéroport
compagnieaérienne
assistance

Les vacances d’été approchent et vous envisagez de partir à l’étranger? Certains hésitent à voyager en avion parce qu’ils sont en situation de handicap, de mobilité réduite ou ils se déplacent en fauteuil roulant. Ils craignent que ça soit trop compliqué dans leur situation mais je les rassure c’est possible, c'est plus simple qu’on le pense et en général ça se passe plutôt bien! 

 

vue depuis un avion en plein vol

Vos droits

Si jamais vous vous demandez quelle compagnie aérienne choisir ou laquelle vous acceptera vous, votre handicap et/ou votre fauteuil roulant, sachez que vous avez des droits et qu’un règlement européen les relate concernant les voyages aériens pour les personnes handicapées et à mobilité réduite. 

Vous avez le droit de voyager en avion avec n’importe quel transporteur aérien européen ou utilisant un aéroport européen, cela sans majoration de prix et en bénéficiant de prestations d’assistance adaptées à vos besoins spécifiques. Cependant, certaines conditions sont imposéese et peuvent différer selon la compagnie ou le vol, pour des motifs de sécurité justifiés, d’accompagnement de la personne concernée, de la taille de l’aéronef et des portes...

 

Comment les compagnies aériennes différencient les types de passagers à mobilité réduite

Un système de code international est utilisé par les compagnies aériennes pour déterminer le type d'assistance nécessaire à la personne à mobilité réduite.

WCHR: passager pouvant marcher et utiliser les escaliers mais qui a besoin d’un fauteuil roulant pour les déplacements dans l’aéroport ou entre l'avion et l'aérogare.
WCHS: passager pouvant marcher mais qui a besoin d'assistance pour les escaliers et d'un fauteuil roulant pour les déplacements dans l’aéroport et entre l'aérogare jusqu’à la porte de l’avion.
WCHC: passager incapable de marcher et qui a besoin d’être accompagné en fauteuil roulant jusqu’à son siège dans l’avion.
BLND : passager malvoyant ou non voyant, avec ou sans chien guide.
DEAF : passager malentendant ou sourd.
DPNA : passager ayant une déficience intellectuelle ou comportementale.
MAAS : passager ayant besoin d'assistance et n'appartenant à aucune autre catégorie.
 

Voyager en avion, concrètement comment ça se passe? 

Je vais essentiellement me concentrer sur le déroulement du voyage en avion pour une personne à mobilité réduite voyageant avec son fauteuil manuel ou électrique puisque c'est mon cas.

La réservation 

Quelque soit son handicap ou sa mobilité réduite il faut au préalable (au moment de la réservation et minimun 48 heures avant) prévenir la compagnie aérienne de ses besoins spécifiques d’assistance et du matériel à embarquer à bord pour éviter tout refus d’embarquement. La compagnie aérienne peut vous demander des justificatifs médicaux ou concernant le matériel à transporter (dimensions du fauteuil roulant, type et puisance de la batterie...) afin de s’assurer de respecter les conditions de sécurité de vol et les dimensions permettant son embarquement en soute. Elle validera alors votre réservation et vous indiquera la procédure qui sera à suivre le jour du vol. En cas de refus de validation de votre réservation, elle devra vous fournir par écrit une raison justifiée de ce refus.
 

L’enregistrement

Comme tout le monde, il faut se présenter à l’enregistrement pour retirer ses billets et mettre ses bagages en soute. Lorsqu’on est en situation de handicap avec besoin d’assistance, les compagnies aériennes nous invitent à nous présenter au moins 1h30 à l’avance. Il vaux mieux donc essayer d’enregistrer ses bagages dès l’ouverture des guichets d'enregistrement. On étiquètera votre fauteuil roulant même si on vous le laisse à votre disposition jusqu’à la porte de l’avion. Pour les fauteuils ou autre engins avec batterie ils seront pris en charge de suite et on vous prêtera un fauteuil manuel pour vous déplacer dans l’aéroport. L’assistance dans l’aéroport débute alors.

assistance PMR à l'aéroport avec fauteil roulant mis à disposition

La prise en charge par l’assistance 

En général il y a une salle dans l’aéroport dédiée à l’accueil et à l’assistance des personnes qui en ont besoin. Ça sera le point de rendez vous ou le lieu d’attente pour qu’on vienne vous chercher pour passer la sécurité et aller en salle d’embarquement.

Pour le contrôle de sécurité, si vous ne pouvez pas vous lever du fauteuil roulant pour passer le portique détecteur de métaux, un agent de sécurité (du même sexe que vous) devra alors faire le contrôle manuellement. Il se peut qu’il recherche des traces d’explosifs sur votre fauteuil si vous l’avez gardé. Vous serez ensuite accompagné jusqu’à votre salle d’embarquement et attendrez jusqu’à ce qu’il soit l’heure d’embarquer à bord, vous avez de grandes chances d’être le premier!

Si l’avion est collé à l’aérogare, vous l’atteindrez par une passerelle, c’est le cas le plus pratique et que je préfère! Si il est éloigné, on vous fera descendre de l’aérogare pour emprunter un ambulift qui vous conduira à l’avion tandis que les autres passagers prendront une navette/bus. Un ambulift est un moyen de transport accessible en fauteuil roulant qui fait la navette entre l’aérogare et l’avion, et qui a la possibilité de se monter jusqu’à la hauteur de la porte de l’avion. Vous garderez votre fauteuil roulant manuel ou celui prêté par l’assistance dans l’ambulift mais vous devrez ensuite vous transférer (avec ou sans aide) sur un fauteuil très étroit qui passe dans l’allée entre les sièges de l’avion et vous permet de vous transférer à votre place. Il arrive que vous soyez installé sur ce siège dès l’aérogare, heureusement c’est assez rare car c’est loin d’être confortable! Si vous avez gardé votre fauteuil roulant jusque dans l’ambulift ou la passerelle il sera directement mis en soute depuis la porte de l’avion.

En général et pour des raisons de sécurité, vous ne serez pas placé à la première rangée (dommage c’est là où il y a le plus de place) ni au niveau des portes de secours. Les compagnies aériennes estiment qu’en cas d’évacuation de l’avion vous risqueriez de gêner et préfèrent y placer des personnes avec une meilleure forme physique pour aider à l’évacuation (ou du moins ne pas la gêner!). De la même façon on peut vous demander de ne pas vous placer en bord de rangée mais plutôt du côté du hublot. Honnêtement tout dépend de sur qui on tombe à bord, certains sont plus zélés que d’autres!

Premier arrivé mais dernier sorti, à l’atterrissage l’assistance viendra vous aider à débarquer une fois que tous les passagers seront descendus de l’avion. Procédure en sens inverse, on vous ramène le siège qui passe dans l'allée de l'avion et puis vous récupérez votre propre fauteuil manuel (quand ça se passe bien) ou bien un fauteuil de l’aéroport directement à la sortie de l’avion. Vous rejoignez l’aérogare par une passerelle ou un ambulift et on vous conduit en salle d’arrivée récupérer vos bagages et votre fauteuil roulant si vous ne l’avez pas récupéré avant.

PMR en fauteuil qui profite des vacances vue sur la mer

Si le voyage s’est déroulé sans encombre et que vous avez récupéré tous vos bagages et votre matériel ou fauteuil roulant intact, alors il n’y a plus qu’à profiter des vacances!